PHOTO-13

PHOTO-2

PHOTO-3

Un peu d’histoire

C’est en France qu’à la fin du XIXe siècle, s’est développée, sous l’impulsion de E.A. MARTEL puis de R. JOLY, l’exploitation souterraine devenue la spéléologie moderne.
Parallèlement l’équipement d’une partie des cavités découvertes en facilitait l’accès au public.

Aujourd’hui avec plus d’une centaine de cavités naturelles aménagées, accueillant annuellement près de six millions de visiteurs, le tourisme souterrain français est le premier d’Europe.

Il se situe au niveau des deux autres grands pays de grottes aménagées : les U.S.A. et la Chine. L’A.N.E.C.A.T. rassemble près de 80% des grottes, gouffres, avens et rivières souterraines de France dont 25% sont des sites préhistoriques.

Sa richesse et sa diversité font de ce patrimoine souterrain un authentique écomusée, inépuisable “bibliothèque” ouverte sur le passé géologique, biologique et l’anthropisation de notre planète.
Ce site vous invite à découvrir toutes ces merveilles cachées au cœur des régions françaises et qui témoignent d’un aménagement qui se veut le garant de la protection et de la conservation de ce patrimoine exceptionnel.

LA FORMATION DES GROTTES

Le terme de « grottes » regroupe un ensemble très varié de vides et de cavités existant sous terre.
Leur exploration et leur étude systématique montrent qu’elles ne sont pas distribuées au hasard dans l’écorce terrestre.
En effet à quelques exceptions près, elles se sont formées dans une famille de roches particulières, les calcaires, dont une des propriétés essentielles est d’être facilement attaqués et dissous par des solutions acides.
Ce processus, d’attaque superficielle des roches par des agents chimiques, constitue “la corrosion”. Il est à l’origine du creusement des cavités.
C’est toutefois l’eau et sa circulation qui constituent les facteurs essentiels de la formation des grottes.
Indispensable à la corrosion, elle véhicule d’une part les solutions acides et les produits dissous et d’autre part entraîne à l’extérieur les débris et les résidus des processus chimiques de la dissolution.

Enfin, dans la formation des vides souterrains, interviennent mais dans une moindre mesure des phénomènes mécaniques.
La corrosion ayant fragilisé les roches, des éboulements peuvent se produirent à partir des voûtes ou des parois. Mais il n’y a, dans un premier temps, pas de modification du volume, les blocs effondrés restant dans la cavité. Ce sera encore à la corrosion et à l’eau de compléter le creusement en attaquant ou en déblayant les débris rocheux restés sur le sol de la grotte.
Les grottes sont donc le résultat d’un mécanisme chimique, qui désagrège les roches par dissolution et corrosion créant ainsi des vides importants, et de mécanismes mécaniques qui assurent le transport et l’évacuation des produits dissous ou désagrégés.

Bien que de formes et de dimensions très variées les vides constituant les grottes sont le résultat d’un processus bien défini et, loin d’être disposés au hasard, ils sont en fait liés entre eux suivant une structure bien organisée : le karst.

 

formation-grottes

 

Anecat – Grottes en France - asbury | © Tous droits réservés - Espace Privé